Hamme-Mille

On découvrit dans la forêt de Meerdael, sur le territoire de Hamme-Mille une enceinte fortifiée, 13 tombes de la période protohistoriques, 2 tumuli-geminés, 7 tombelles, des vestiges d'habitation et une voie romaine sur une distance de 3000 mètres environ.

Il y avait autrefois une abbaye de filles de l'ordre de Cîteaux, nommées Val-le-Duc ou Valduc, fondé en 1230 par Henri, duc de Brabant.
Elle fut deux fois incendiée pendant les troubles du XVIème siècle.

Les guerres entre la France et l'Espagne furent funestes au monastère de Valduc et au village de Hamme. Le couvent fut 3 fois pillé de 1672 à 1677. Le village a souffert considérablement notamment en 1707. Il ne reste actuellement presque rien de l'ancien cloître. A la fin de l'année 1790, Hamme fut le théâtre d'un engagement entre les troupes autrichiennes et les volontaires brabançons. Mais ceux-ci, démoralisés, n'opposèrent pas une longue résistance à l'ennemi, et leur défaite amena la paix de Louvain et de Bruxelles.
Lors de la prise d'armes, en 1798, un combat s'y livra, le 28 novembre, entre une colonne française sortie de Louvain et une troupe de campagnards soulevés contre la république. Un décret impérial du 24 janvier 1811 a uni à Hamme le petit village de famille d'Arenberg, héritiers de Groy-Aerschot qui avaient à leur tour, hérités des droits et des domaines de Godefroid de Brabant.
 

Actions sur le document