Nodebais

 

Le village de Nodebais doit son nom au ruisseau qui le traverse. Celui-ci est un affluent de la Dyle. Nodebais, ce qui veut dire ruisseau (bais = beke = cours d'eau) qui coule dans la prairie (du latin " noa " = noue " en vieux français), souffrit considérablement des troubles qui désolèrent la Belgique pendant les années 1488 et 1489. Nodebais dépendait jadis de la mairie de Grez ; elle fut comprise, en l'an III, dans le canton Grez ; et réunie, en 1822, à celui de Jodoigne. La comtesse Alpaïde, fondatrice du chapitre de Hougaerde, et qui vivait vers l'an 1000, légua à l'abbaye de Hastière (ou celle de Walcourt, laquelle Hastière était unie) les grands biens qu'elle possédait à Nodebais et aux environs. Quelques uns des membres de la famille de Tilborg, qui sous le règne de Henri 1er, possédaient de grands biens à Nodebais, prirent le nom de ce village. Ainsi, en 1230, vivait un chevalier Gilbert, dit de Nodebais.

Le village doit avoir obtenu de nos princes quelques libertés car il figure sous le nom de Nodebeke, parmi les villes affranchies du duché du Brabant qui contractèrent entre elles une étroite alliance, le 18 février 1371-1372.
 
Actions sur le document